Miles Davis – Ascenseur pour l’Echafaud

En 1957, Miles retourne en France où il enregistre la bande originale d’Ascenseur pour l’Echafaud, un film de Louis Malle associé à la nouvelle vague. Accompagné du batteur américain Kenny Clarke et de trois musiciens de studio, après avoir lu une fois le scénario Davis est parti des indications sommaires données par Louis Malle, puis a transmis quelques accords aux autres interprètes avant d’improviser en regardant directement le film sur grand écran. Accompagnée d’un saxophone ténor, d’un piano, d’une guitare basse et d’une batterie, la trompette de Miles s’articule au plus près de l’ambiance de ce film noir. L’ayant vu longtemps après avoir acquis le disque, je peux dire que la musique fait bien plus que soutenir l’intrigue, et pour ma part je n’ai jamais éprouvé le besoin de revoir le film… Déplié en dix séquences elliptiques, nerveuses ou sobres depuis le Générique jusqu’au Photographe du Motel, par sa grande liberté de ton ce disque préfigure ce qu’il conviendra bientôt d’appeler le jazz modal.