Michael Brook – Cobalt Blue

Entouré du producteur canadien Daniel Lanois, ainsi que des frères Brian et Roger Eno, Michael Brook a 31 ans lorsqu’il publie son second et meilleur album solo, Cobalt Blue. Les années passent et la musique évolue, le genre ambient en particulier a connu bien des mutations, mais il y a dans ce disque un trait de génie qu’il serait dérisoire de vouloir égaler. Douze zones instrumentales habitées par le jeu de guitare inimitable de Brook, où se mêle aussi bien la mélancolie (Red Shift, Slow Breakdown) que l’invitation au voyage (Shona Bridge), le déracinement (Skip Wave, Ten) et même l’apnée (Andean, Ultramarine). Cette œuvre possède un feeling incroyable, sophistiqué mais où l’auditeur a plein de place pour vivre toutes les histoires qui lui passent par la tête, sans y penser comme sur une pente savonneuse, où l’on jubile de se laisser glisser…