Maxime Le Forestier – L’Écho des Étoiles

Né à Paris en 1949, Maxime Le Forestier est un auteur-compositeur-interprète français. Sa mère est musicienne, il se produit un temps aux côtés de sa sœur Catherine puis sort son premier album en 1972 ; cette même année il est en première partie des concerts de Brassens à Bobino… Chanteur engagé, il marque les esprits avec Né Quelque Part en 1988, douze ans avant L’Écho des Étoiles qui condense la quintessence du poète, dont les textes co-écrits avec Boris Bergman offrent des plages musicales où se mêlent joie et réflexion… Du silence céleste sur le titre éponyme au Petit Nuage sur Amsterdam où l’on croise Van Gogh, des magnifiques Chevaux Rebelles en écho au lion encagé des Lumières de Manset ; la musique ratisse large depuis les percussions world aux petits arrangements entre violons, Maxime assurant la guitare acoustique… Et si certains titres sont moins convaincants (Rue Darwin, Affaire d’État), la quête tonique de L’Homme au Bouquet de Fleurs met tout le monde d’accord dans sa rôderie entre espoir et solitude sur ce disque flagrant de sincérité, où je pense à Thiéfaine autant qu’à Jonasz et à Bashung. « Celle qui me connaît et qui m’aime quand même… »