Manu Dibango – Soul Makossa

Le chanteur et saxophoniste camerounais Manu Dibango est né à Douala en 1933. Il découvre la musique à la chorale d’un temple protestant, s’envole pour Marseille à 16 ans, s’initie au saxo et se retrouve en Belgique où il se fait connaître dans les clubs de jazz, reprend les standards de Charlie Parker avant d’être engagé un temps par Nino Ferrer… En 1972, trois ans après l’album Saxy Party, Dibango est révélé avec Soul Makossa et son titre éponyme, mélange novateur de jazz et de rythmes rumba. Et si cette chanson semble étrangement familière dès la première écoute, c’est qu’elle a été reprise par Michael Jackson dix ans plus tard dans Wanna be Startin’ Somethin’ ; le plagiat ayant donné lieu à un arrangement à l’amiable… Quelques chœurs (Taoumba) et beaucoup de guitares funk (Pepe Soup), des instrumentales groovy et même de la disco dub (New Bell Hard Pulsation) ; ce disque riche en percussions donne envie d’enchaîner avec Babatunde Olatunji, autre précurseur né six ans plus tôt dans le Nigeria voisin.