Magma – Merci

En 1984, pour son huitième opus Magma délaisse presque totalement le langage kobaïen et démarre avec un Call from the Dark jazzy et enjoué, avec Stella Vander et Guy Khalifa au chant. En plus d’être au piano Rhodes, Vander entonne les paroles apaisantes d’Otis en référence à Redding ; avant la partition rhythm’n blues d’I Must Return et ses trompettes joviales, ses chœurs vibrants… Au centre du livret, hommage est rendu au Love Supreme de Coltrane, composé vingt ans plus tôt et évoqué au piano sur Eliphas Levi ; également la pièce maîtresse de l’album avec des paroles qui redeviennent occultes et un tempo progressif, dont les flûtes champêtres me rappelent Formentera Lady… Après l’époustouflant Üdü Wüdü, Vander et sa clique signent un disque décontracté, qui sans renverser la table présente l’avantage de pouvoir être écouté en toutes circonstances.  « Ooh Baby, don’t be a dream! »