Ludwig van Beethoven – Concerto pour piano n°5 L’Empereur

Ce Concerto pour Piano n°5 est le dernier que composa Beethoven, peu après sa cinquième symphonie avec laquelle il partage le goût de l’exaltation, même si c’est de façon moins impérieuse. L’écriture pour piano et orchestre permet de tisser des échanges plutôt lyriques, donnant une impression de spontanéité comme s’il ne fallait pas faire double emploi avec les forces en présence dans les symphonies… Le Premier Mouvement a ma préférence, aux thèmes mélodieux et variés, allant crescendo comme l’ascension d’une montagne pas trop difficile. C’est cependant le Troisième Mouvement que tout le monde reconnaît dès les premières mesures, avec ses envolées de piano reprises en échos de cordes joyeux. Dirigée à Vienne par Zubin Mehta, cette interprétation d’Alfred Brendel est disponible dans de nombreuses rééditions.