Low – Trust

Things We Lost in the Fire n’ayant pas résisté au dernier examen de ma discothèque, voici le sixième album de Low, intitulé Trust et publié en 2002. Où les orfèvres du sadcore tentent de se renouveler en invitant un joueur de banjo (Marc Gartman) sur In the Drugs, s’essayent à saturer les guitares avec un Canada peu convaincant ou se perdent dans des paroles à rallonge (La La La Song)… Ces écueils mis à part, leur langueur réconfortante n’a pas disparu entre Amazing Grace et les marteaux sourds de Candy Girl, l’ajout d’échos sur Tonight donnant au chant de Parker un supplément d’âme cold wave… Mais c’est dans les formats longs que Low conserve toute sa grâce : The Lamb qui atteint à une mélancolie classique avec son chant lointain aussi touchant que le quatrième mouvement du Requiem for Larissa ; suivie du monlogue de l’aliéné dans Shots & Ladders, depuis les voix dans sa tête jusqu’aux grincements et manivelles, violons suintants à la Preisner et qui m’évoquent la scène où un malade croit sa dernière heure arrivée dans le second épisode du Décalogue. « They’re gonna build a ladder, it’s gonna take you forever… »