Louis Armstrong – Satch Plays Fats

Un an après avoir enregistré les chansons de W.C. Handy, Louis Armstrong incarne ici les grands succès de Fats Waller, avec lequel il n’a pu jouer qu’une seule fois, celui-ci n’ayant pas dépassé l’âge de 41 ans. Ain’t Misbehavin’ est un bijou de swing où chant et piano, trompette et batterie chaloupent à l’unisson, et sur Squeeze Me nous retrouvons les échanges parlés entre Velma Middleton et Louis, ce dernier alternant la voix et la trompette, soutenant le chant de Velma jusqu’au couplet suivant, à son tour accompagné par la clarinette ou le trombone. Le livret est garni, les photos des musiciens sont d’Art Maillet et cette édition révèle de nombreux bonus, en particulier les deux titres précités dans leur version de 1929, qui nous balancent hors du temps et où l’on entend Armstrong faire du scat.