LFO – Sheath

Troisième et dernier album de LFO, Sheath signifie « gaine » et installe d’emblée une atmosphère protectrice, ouatée dans les limbes avec Blown…Rappelant les débordements d’AutechreMum-Man pousse l’excitation un peu loin, on reprend de l’altitude avec Mokeylips proche de la ligne de flottaison de The Orb, réveillé à temps par la frénésie de Snot tandis que les mécanismes d’horlogerie de Sleepy Chicken donnent envie d’écouter Pierre Bastien… Freak est le titre vedette de ce disque, Gaspar Noé ne s’y est pas trompé en le mettant au générique de son film Enter the Void en 2009, bête de précision progressive gavée de vocoder et d’interjections en tous genres, une claque techno dont on se souvient longtemps… Entièrement instrumental, Sheath s’en va sur la pointe des pieds avec un ‘Premacy laineux que Brian Eno aurait accepté de tricoter, signant la fin du groupe de Mark Bell qui décède en 2014 des suites d’une intervention chirurgicale. « This is going to make you freak… »