Leonard Cohen – Songs of Love and Hate

Paru en 1971, Songs of Love and Hate est le troisième album de Leonard Cohen. On y retrouve sa voix chaude sur Avalanche et Last Year’s Man, les chœurs d’enfants de la londonienne Corona Academy renforçant ce sentiment de mélancolie propre à ses premiers albums… S’ensuit la dévastatrice Dress Rehearsal Rag, une chanson très personnelle que Cohen n’a quasiment jamais interprétée sur scène, de peur de pousser son public au suicide (sic). Passé ce mode d’emploi de la lame de rasoir, le disque prend une tournure plus légère avec Diamonds in the Mine ou Sing Another Song Boys ; mais l’écriture intimiste n’est jamais loin avec Famous Blue Raincoat ou encore cet hymne à Joan of Arc… S’il reste dans la lignée des deux précédents, avec cet album Cohen semble marquer le pas, hésitant selon les orchestrations entre le dépouillement et la tentation de passer à autre chose… Laissons-lui le temps de s’éclaircir la voix, sans pour autant bouder notre plaisir devant ces chansons qui n’inspirent aucune lassitude.