Led Zeppelin – Led Zeppelin IV

La presse s’étant parfois montrée féroce à l’égard du progressiste Led Zeppelin III, pour son prochain opus le groupe ne lui donne aucun titre et remplace son nom par quatre symboles cabalistiques ou « zoso… » Passé le brutal Black Dog on aborde tout doux The Battle of Evermore et sa guitare acoustique, sa mandoline atteignant au sublime ; secondé aux chœurs par Sandy Denny, Robert Plant est aux anges pour évoquer l’univers du romancier Tolkien. « Bring it back, bring it back… » Stairway to Heaven enchaîne et se décompose en slow mélo suivi d’emballements rock et d’un solo de Jimmy Page, la chanson dure 8 minutes et flirte avec la frontière du rock progressif… Sur Four Sticks c’est John Bonham qui joue sa partition à quatre baguettes au lieu de deux, où caché derrière un sitar le chant traverse bientôt la couche d’ozone, avant de conclure par les accords défoncés de Paul Jones sur un synthé VCS3… Il y a aussi Going to California, une complainte folk aussi sereine qu’un apéritif en compagnie de Nick Drake ; en fait c’est simple : on garde tout sur ce disque puissant et atemporel, paru en 1971 et qui allait devenir leur chef d’œuvre incontesté.