Laurie Anderson – Strange Angels

Sur cet album paru en 1989, Laurie Anderson chante de plus en plus et c’est un peu dommage. D’accord, j’exagère mais au moment d’évoquer ce disque je peine à lui trouver des atomes crochus ; pourtant ce n’est pas un simple bouche-trou avant Bright Red, sinon il aurait déjà giclé de mes rayonnages… On comprend dans Coolsville qu’elle a pris des cours de chant au point de repousser la sortie de l’album de plusieurs mois, mais était-ce bien raisonnable ? Ce qu’elle a fait avec Big Science est tellement prodigieux ! La barre est haute on a compris que c’était mon favori, même si Beautiful Red Dress sort du lot avec ses propos militants dont on peut saisir la subtilité grâce au livret, où comme à l’accoutumée les textes sont fidèlement restitués.