Laurie Anderson – Life on a String

Six ans après les paysages désabusés de Bright Red, où Anderson tissait déjà la métaphore du funambule, ce cinquième enregistrement studio déroule le fil d’une vie posée sur une corde. Une référence au violon, son instrument de prédilection avec lequel elle se met en scène au long de l’élégant livret accompagnant cette édition digipack, marquant son arrivée sur le label Nonesuch. Il faut l’entendre en solo sur Here with You, et plus loin se laisser submerger par la pluie de Washington Street. La production est sans faille, Laurie étant à nouveau très entourée, et si l’unité se ressent d’un tel patchwork, il constitue une bonne introduction à son univers, résumé en quelques vignettes pouvant varier d’une rythmique à la manière de Björk sur My Compensation, à la suite orchestrale déployée pour Dark Angel, par un Van Dyke Parks toujours aussi baroque.