Labradford – E Luxo So

Deux ans après l’indispensable Mi Media Naranja, Labradford distille un son bariolé le long de six morceaux dépourvus de titres. Des échos de cordes se répondent le long d’une rythmique répétitive sur le premier d’entre eux, avec ça et là des bruits accidentés à la Murcof… Piano et guitare se suivent et se rassemblent le long de la seconde partition ; un petit coup de violon baroque émaillant le troisième titre, évoquant à s’y méprendre Music for Egon Schiele de Rachel’s… Viennent ensuite des infrasons et des bruissements laborieux, ainsi qu’une guitare imitant Tortoise sans conviction… Peut-être ont-ils subi l’influence de la tournée effectuée cette année-là aux côtés de Godspeed You! Black Emperor et Robin Guthrie, car même si l’on passe un bon moment avec ce disque, Labradford y a quelque peu oublié ce qui faisait jusqu’ici son originalité.

acheter ce disque