King Crimson – THRaKaTTaK

Paru en 1996, THRaKaTTaK se compose de huit improvisations autour du morceau Thrak tel qu’il a été interprété durant les concerts de l’année précédente. Mais on n’y entend ni sifflets ni applaudissements, et pour ma part je le considère comme un pur produit de studio, où Fripp et ses musicos détricotent leur propre langage musical. Mother Hold The Candle… : préhistorique et dissonant, avec Bruford au marimba et Fripp au piano. THRaKaTTaK Part I & II : commence par un foutoir de cordes pour aboutir à des soundscapes dignes de Mulholland Drive, avec une guitare imitant le coucou et un piano en « Cage. » This Night Wounds Time : ambiance surnaturelle, expérimentale et couillue… Le digipack est raffiné, triptyque rouge vif avec poster et livret, à la hauteur de ce puzzle musical qui ne s’écoute pas n’importe quand. Mais si l’on a oublié le sens du verbe improviser, c’est-à-dire défier toute structure en faisant avoisiner rock, jazz et même classique contemporain, alors THRaKaTTaK s’impose pour passer une heure ailleurs.