King Crimson – Discipline

Sept ans après Red, Robert Fripp décide de reformer un groupe en s’assurant du retour de Bill Bruford à la batterie. Tony Levin est recruté aux chœurs et au Chapman stick, instrument à cordes hybride entre guitare et basse, ainsi que l’Américain Adrian Belew à la guitare et surtout au chant. Rodé à la new wave alors naissante pour avoir accompagné les Talking Heads ou Tom Tom Club, ce dernier incarne le renouveau des King Crimson dès l’ouverture de Discipline, un nom lourd de sens que Fripp avait d’abord songé à utiliser pour désigner sa nouvelle entité… Baignés par la voix bien née de Belew bataillant avec la guitare de Fripp, les premiers morceaux s’enchaînent sans qu’une tête ne dépasse ; passés quelques barrissements tape-à-l’oreille Matte Kudasai freine enfin la cadence avant que les arpèges d’Indiscipline ne conduisent à un bal de mots surexcités, Belew se la jouant funky sur Thela Hun Ginjeet avant de seffacer derrière un Sheltering Sky secret et tamisé, suivi des couches de cordes fluides de Discipline… Alors certes, ce n’est plus le même groupe mais on est toujours pris par le jeu de guitares virtuoses, associées à des ambiances inattendues. « I repeat myself when under stress… »

acheter ce disque