Khalil Chahine – Opake

Trois ans après nous avoir charmés avec Turkoise, Khalil Chahine revient avec un album encore plus immersif, intitulé Opake et nourri au jazz autant qu’aux influences world. Avec Christophe Guiot au violon solo, Clandestin évoque Pat Metheny tandis que Skulpture nous transporte en Orient au son du doudouk de Levon Minassian, cet instrument proche du hautbois qui donne l’impression d’être au cœur d’un film d’aventures, Chahine étant passé maître en la matière. Les sensations vont encore s’amplifier avec le diptyque Un Camp Part 1 & 2, où le bendir et le darbouka se joignent au bal des percussions venues de loin, au sein d’un album envoûtant et audacieux, qui n’a d’abscons que le nom… Opake se termine par Sisyphe in Montmartre, un morceau fluide au piano réverbéré. Le livret contient trois photographies de Chahine, signées Emmanuelle Hauguel.