Karlheinz Stockhausen – Aus den sieben Tagen

Précurseur attitré de la musique électronique, Karlheinz Stockhausen est un compositeur allemand né en 1928. Tout mélomane est donc prié de s’intéresser à lui, après avoir assimilé la notion de musique concrète consistant à mélanger de façon tantôt aléatoire des sons au naturel captés par un microphone, ceci afin d’être dans la tête de Stockhausen lorsqu’il écrit son premier morceau electro en 1953 (Studie I)… Composé l’année de naissance de Kraftwerk, il faut moins de trois secondes à Aus den sieben Tagen pour assener un premier son aigu et désagréable, annonciateur de confusion et où chacun peut se perdre entre des oiseaux en Cage, un baril de poudre, une scie circulant dans les couloirs de la mort ou encore un diamant rayant la peau du soleil à la place du cœur ; car au contraire d’un Parmegiani qui a pris la peine de raconter une histoire, ce disque horripilant n’offre aucune limite, parvenant même à rendre Xenakis avenant… Il faut être solide pour encaisser Stockhausen, ce n’est pas mon cas en ce moment alors je vais plutôt réécouter John Adams, avec une escale chez le non moins visionnaire Raymond Scott.