Joseph Arthur – Vacancy

Né en 1971 dans l’Ohio, Joseph Arthur est découvert par Peter Gabriel en 1996, qui va publier son premier album Big City Secrets sur le nouveau label Real World. Sur scène, Joseph Arthur propose aux spectateurs d’acquérir le cd du concert à peine terminé, celui-ci étant enregistré en prise directe ; il est également peintre et signe l’artwork de tous ses disques. Les guitares dominent dans Vacancy, rythmées et assorties de voix mélodieuses sur Hang Around Here ou Bed of Nails, en couches superposées avec Vacancy, ou au contraire saturées à l’excès sur Prison, où des éclats de batterie ajoutent à la confusion, le chant d’Arthur pour ainsi dire suffoqué, mené à son paroxysme à travers un train de voix fragile et poignant. Puis un harmonica nous remet sur pied jusqu’au prochain emballement, au gré d’un album trop vite achevé… L’édition digipack compte parmi mes plus beaux disques, il s’agit d’un tirage limité emballé à la main, où figurent plusieurs peintures naïves et attachantes, que l’on découvre sous la forme d’un triptyque doré.