Joseph Arthur – Come to Where I’m From

Co-produit par T-Bone Burnett, Come to Where I’m From bénéficie d’un son plus lisse que Vacancy, chaque instrument ayant l’air d’avoir été rangé au bon endroit, et prié de ne pas jouer plus fort que son voisin. Une mise à niveau dont profite la voix de Joseph Arthur au premier plan, enveloppante et que l’on n’est pas près de museler, articulant des textes sombres sur Eyes on my Back et The Real You, proposant des mélodies plus légères sur History et Cockroach qui fait taper du pied, Creation or a Stain donnant dans un rap folk atypique et convaincant. Le digipack fait connaître d’autres peintures du chanteur, par ailleurs le livret ne montre que lui, sur des photos signées Anton Corbijn. Un tel habillage peut paraître prétentieux, mais on le serait à moins et cela ne doit pas dissuader de pénétrer un univers aussi fascinant que complexe.