Johannes Brahms – Danses Hongroises

Composées en 1867, les Danses Hongroises ont pour origine la musique tzigane et le folklore hongrois, pour lesquels Johannes Brahms avait toujours manifesté son intérêt. Écrites à l’origine pour piano à quatre mains, c’est leur orchestration qui les rendra célèbre, à commencer par la cinquième Allegro vivace, rappelant dès les premières mesures la scène du barbier dans Le Dictateur de Charlie Chaplin, ce dernier rasant son client au rythme de ce qu’il entend à la radio… Entre fougue et mélancolie, ces 21 danses sont autant de vignettes à s’émouvoir, écrins taillés dans de la dentelle à oreille ; à écouter d’une traite avec l’impression de faire un voyage différent à chaque fois, surpris de trouver de nouvelles gares par la fenêtre de notre compartiment… Si je devais n’en retenir que trois : la première Allegro molto, la neuvième Allegro ma non troppo, et la onzième Poco andante. Avec Claudio Abbado à la baguette, et le toujours instructif livret de la Deutsche Grammophon.