Jean-Sébastien Bach – Les Variations Goldberg (Gould)

En 1981, Gould réenregistre les Variations qui l’on fait connaître vingt-six ans plus tôt. Il y en a toujours trente, précédées et terminées par une aria, mais par rapport à 1955 ce disque dure 13 minutes de plus ! L’homme a changé et s’ouvre de cette « découverte de la lenteur » dans le livret d’accompagnement ; à ceux qui pensent encore que Gould jouait comme une machine à coudre : voici une dernière chance de ne pas mourir idiot, car il signe là son dernier enregistrement majeur… Submergé comme un enfant qui joue dans sa chambre en se parlant à voix haute pour que quelque chose existe, superposant au jeu virtuose sa propre respiration, le Canadien ajoute à l’art du contrepoint dont Bach était l’expert, cet ancêtre de l’harmonie où tout était mélodique sur un même plan, les principes de l’accompagnement restant à inventer… Abracadabrant, excentrique et déroutant, Gould était assurément baroque.