Jean-Sébastien Bach – Concertos pour Violon – BWV 1041-1043

Si j’aime m’acoquiner avec de beaux disques classiques, d’en parler avec grâce n’est pas toujours facile. Je ne suis d’ailleurs spécialiste d’aucune musique, ce qui me permet peut-être d’en aimer autant, si j’ai acheté ce disque c’était pour avoir quelque chose de bien en violon baroque, quand il suffit de fermer les yeux pour entendre pleuvoir des cordes dans les salons du roi. Car cet album fait le boulot admirablement, avec une préférence pour la partie en Mi majeur BWV 1042, qui me fait penser au Barry Lyndon de Kubrick mais je ne suis pas sûr ; après il se pourrait que j’écoutasse le Trio pour Piano de Franz Schubert, et celui-là je sais qu’il est dans le film, vagabondant ainsi dans un passé foisonnant, à demi pâmé dans mon fauteuil… L’interprétation est signée David et Igor Oistrach, à Vienne en 1962 ; à noter qu’à la fin du disque figure le Concerto pour deux Violons RV522 de Vivaldi, dont Bach s’est inspiré.