Jean-Michel Jarre – En attendant Cousteau

Après Rendez-vous je me suis désintéressé de Jean-Michel Jarre pendant dix ans, jusqu’à son retour inspiré avec Oxygène 7-13. Entre les deux, le roi du synthé franco-français a multiplié les concerts géants et pondu quelques galettes douteuses, dont cet hommage à Jacques-Yves Cousteau paru en 1990… À renforts de steel drums, les trois Part de Calypso ressemblent à un bal de province le 14 juillet ; précédant le morceau éponyme de 46 minutes, dont on peut saluer l’initiative mais qui se révèle d’une platitude abyssale, avec son piano traînant et des effets new age plus propices à la narcolepsie qu’à la relaxation, le repiquage de samples du divin Zoolook n’arrangeant rien. Pour le grand large, je préfère les méandres d’Eddy Louiss à cette musique d’aquarium tellement flemmarde que l’on revient bredouille de notre visite sur la Calypso, où le Commandant a bien fait de ne pas venir.