Jean-Luc Ponty – Cosmic Messenger

Aluni en 1978, Cosmic Messenger démarre par le titre du même nom, ou l’harmonie parfaite entre le violon électrique et les claviers, pour un envol immédiat vers la planète en fusion de Ponty… La virtuosité de The Art of Happiness fait songer à Stanley Clarke et Don’t Let the World Pass you By rend optimiste avant de s’introvertir à la manière de John Surman avec I only Feel Good with You suivi d’Ethereal Mood et sa rythmique boisée, formant un triptyque harmonieux avec le morceau éponyme… Egocentric Molecules est glouton, qui démarre comme un essaim d’abeilles six ans avant l’interprétation du cosmos selon Parmegiani ; mais Ponty butine aussi du côté de Santana et Puppet’s Dance ou Fake Paradise éloignent cet opus de l’enchantement d’un Offramp, nous laissant suspendus dans l’espace comme sur le dessin de couverture signé Daved Levitan.