Jean-Louis Aubert ‘n’ Ko – Plâtre et Ciment

Jean-Louis Aubert est né dans l’Ain en 1955. Il forme son premier groupe à 15 ans, avec ses copains Louis Bertignac et Olivier Caudron. Cinq ans plus tard, il rencontre Richard Kolinka et forment Sémolina, dont l’unique 45 tours ne rencontre pas le succès. Fin 1976, Kolinka propose à Aubert, à Bertignac et à Corine Marienneau de monter un nouveau groupe. Téléphone est né, avec le succès qu’on lui connaît mais qui ne durera guère, car ils se séparent après cinq albums studio… En 1987, avant d’entamer une véritable carrière solo, Jean-Louis sort un album de transition, un hybride où « ‘n’ Ko » signale la présence de l’acolyte des débuts, et qui fait partie de mes murs car chaque chanson est aussi efficace qu’un chantier qui avance, brique après brique depuis l’énergisant Plâtre et Ciment, vers Les plages pour un grand moment d’émotion prolongé par Chaque pas, puis deux chansons d’amour précédant Juste une Illusion, rien à voir avec le groupe Imagination mais plutôt une lente déroute… Voilà un album aux contours flous, où cette voix qui parfois chevrote nous balade sur les sentiers inépuisés de l’enfance.