Jean Bertola – Le Patrimoine de Brassens

Trois ans après Dernières Chansons de Brassens, un album récompensé par l’académie Charles-Cros, Jean Bertola propose un second disque de 12 titres inédits, dont quatre seulement étaient achevés à la mort de Brassens. Les autres étant restés au stade de l’esquisse, il a fallu compléter, réarranger, imaginer… Reprenant la recette du précédent opus, entre le piano jazzy de Maurice Vander (père adoptif d’un certain Christian) et la contrebasse de l’indéfectible Pierre Nicolas, les saillies s’enchaînent entre Les Châteaux de Sable et Si Seulement elle était Jolie, Honte à qui Peut Chanter et tant qu’à faire, pourquoi n’irait-on pas carrément S’faire En*uler… Bref, plus que jamais ça trucule ; et au bout de ce second cd on se dit que Bertola a réussi à donner un coup de jeune au répertoire de Brassens ; comme s’y emploiera Renaud en 1995, ou Maxime Le Forestier qui le chante régulièrement en public depuis 1979.