Jacques Brel – Les Marquises

En 1974, lorsqu’il apprend qu’il est atteint d’un cancer, Jacques Brel se retire de la vie publique et se réfugie aux îles Marquises. Luttant contre la maladie, il retourne à Paris en 1977 afin d’immortaliser ce qui sera son dernier album, Les Marquises, dont on dit qu’il l’a enregistré avec un seul poumon… Le disque contient des chansons immuables et se classe aussitôt à la première place des ventes ; éminemment politique avec Jaurès et Les F…, testamentaire dans La Ville S’endormait, Vieillir et bien sûr Les Marquises où « gémir n’est pas de mise. » Existentialiste avec Le Bon Dieu, romantique aux côtés des amants d’Orly, cet album méritait de passer à la postérité car Brel y a tout donné une dernière fois, sans se reposer sur ses lauriers. Il meurt l’année suivante à 49 ans, à peine plus tard que son grand ami Georges Pasquier, victime du même mal que lui et auquel il dédie Jojo, une chanson éblouissante dans laquelle il nous rappelle, en guise de dernier message, que « le monde sommeille par manque d’imprudence. »