Isabelle Mayereau – Juste une Amertume

Née à Bordeaux en 1947, Isabelle Mayereau apprend la guitare bercée entre les paroles et la musique de Georges Brassens. Chez AZ elle publie L’Enfance à l’âge de 30 ans, puis revient sur le devant de la scène en 1996 avec Juste une Amertume, son huitième album… Elle a du vague à l’âme et enchaîne avec une introspection légère (Dormir), évoque les mots disparus ou la raison qui s’embrume (Dent de Lion), la quête émanant de Chasseur d’images rappelant J’cours tout Seul de Sheller… Voyageuse et poète, j’aime son ode à l’être aimé, félin de préférence (Anima). J’aime aussi quand elle se souvient de « presque tout » (Briquet Tempête), j’aime enfin ses mots choisis qui voient la vie comme elle vient… Isabelle Mayereau est entourée d’une guitare et d’un accordéon discrets, et si sa voix fait penser à Françoise Hardy, son spleen tranquille invite à regarder du côté d’Yves Simon. « Mais dormir, faudrait mettre à la rue, les fantômes… »

acheter ce disque