Herbie Hancock – Future Shock

Une flopée d’albums après Head Hunters, en 1983 Herbie Hancock passe sans transition du RnB à l’electro avec Future Shock que j’ai découvert à l’âge de 14 ans, grâce à un ami dont c’était l’un des premiers vinyles. Son titre phare m’a toujours fasciné, Rockit et ses sons venus d’ailleurs, précurseurs de l’electro mais aussi du scratching vingt ans avant Birdy Nam Nam… Les samples tribaux d’Earth Beat ont un côté world rappelant Zoolook et la basse slappée d’Autodrive revient au jazz avec son long solo de piano, avant de conclure par un morceau funk interprété par Lamar Wright (Rough) au milieu d’aboiements exaltés… Dessinées par David Em, les vagues de pixels en couverture de l’album participent de l’ambiance avant-gardiste de ce disque incontournable.