Henryk Górecki – Symphonie n°3

Né à Czernica en 1933, Henryk Górecki est un compositeur de musique classique polonais. Il termine ses études de piano et violon dans les années 60, à Paris où il découvre Stockhausen ; puis se consacre à une œuvre protéiforme souvent assimilé au courant minimaliste, à mes oreilles pourtant Górecki va bien au-delà et préfigure autant son compatriote Preisner qu’il prolonge Silvestrov… Je l’ai découvert dans les années 90 avec sa Symphonie n°3, écrite en 1976 et composée de trois mouvements d’une lenteur assommante, mystique et addictive, qui s’insinue comme un baume de 54 minutes continûment injecté d’une seringue… Invitée dans une forêt noire de cordes, la soprano Dawn Upshaw dissémine son chant plaintif, égrène avec parcimonie des mots retrouvés sur le mur d’une prison nazie à Zakopane et les arpèges s’éteignent au loin, redonnant sa valeur à l’infime avant la mélopée d’une mère en deuil… Avec la Cinquième de Beethoven et le Requiem de Mozart, c’est l’un de mes premiers shoots de musique classique, qui m’a marqué à vie et que j’aime savourer tard dans la nuit, sa pureté chaque fois renouvelée à portée de platine.