Henri Texier – Strings’ Spirit

Douze ans après les inspirés Carnets de Routes, Henri Texier s’acoquine avec l’Orchestre de Bretagne de Stefan Sanderling, le temps du double album Strings’ Spirit dont il signe l’essentiel des compositions. Accompagné de son fils Sébastien à la clarinette et de Bojan Z au piano, pour n’en citer que deux au sein de l’Azur Quintet constitué pour l’occasion par Texier, ce dernier réussit l’alliage entre la musique de chambre et l’imprévisibilité du jazz… Serious Seb donne envie de rentrer chez soi et le tic tac de Dezarwa fait pousser des ailes aux autos sur le périphérique, tandis que le quart d’heure contemporain de Sacrifice ranime entre cisailles et trémolos… Il y aussi Big Phil où Henri et sa contrebasse œuvrent en toute intimité sur un gratin de cordes arrangées, alors même si l’allégresse d’Amir est loin derrière, où Texier cultivait ce « jazz folk » bien à lui, c’est joliment produit et les basses se détachent comme chez Paul Chambers.