Graham Coxon – Love Travels at Illegal Speeds

Six ans après son premier opus et la fin de son label Transcopic, sur lequel il a creusé des veines expérimentales allant du noise au punk avec pas moins de cinq albums ; Coxon revient avec Love Travels at Illegal Speeds, signé chez Parlophone et produit par Stephen Street, réputé pour avoir collaboré avec The Smiths… Graham s’est assagi et avec une poignée de musiciens invités sur l’un ou l’autre titre, se laisse guider dans des chansons moins revêches, tout en restant maître du jeu puisqu’il est aux commandes à la fois des guitares et de la batterie ! Du coup ça sonne un peu trop rock car il manque ce spleen dans lequel sa voix se débat si bien, I Can’t Look at Your Skin ou I don’t Wanna go Out font même penser aux Supergrass ; mais à d’autres endroits l’alliage est d’une efficacité redoutable, comme sur Don’t Believe Anything I Say et See a Better Day, où l’on retrouve ce vague à l’âme qui réconforte…