Gong – You

Un an après avoir formé Soft Machine aux côtés de Wyatt, le guitariste et chanteur Daevid Allen s’installe à Paris où il crée le groupe de rock psychédélique Gong, entouré de Gilli Smyth au chant, Didier Malherbe à la flûte ou encore Rachid Houari à la batterie. En 1969, ils font sensation au Festival d’Amougies avec Yes et Frank Zappa ; paru cinq ans plus tard leur sixième album You marque l’apogée de leur créativité à travers huit chansons débridées entre jazz fusion et rock progressif… Ça démarre comme un bâillement hippie avec Thoughts for Naught et Magick Mother Invocation, avant le décollage de Master Builder vers A Sprinkling of Clouds qui me fait songer à HarmoniaPerfect Mystery fait retomber le soufflé en lorgnant du côté de The Cheerful Insanity ; avant l’élan réussi de The Isle of Everywhere et sa basse funky, ses chœurs cosmiques pendant dix minutes qui font penser à Magma, puis You Never Blow your Trip Forever redevient bavard comme un épisode de la quatrième saison de The Twilight Zone… Entre paresse et grandeur, You tutoie parfois les étoiles.