Gioacchino Rossini – Petite Messe Solennelle

Prenez un Requiem au choix (Mozart, Fauré, Cherubini, …), gardez l’inspiration divine mais retirez-en le côté poussiéreux, ajoutez-y deux pianos allègres, un harmonium discret et vous obtiendrez la Petite Messe Solennelle de Rossini ; composée soixante ans après ses Sonates et qualifiée par son auteur de « dernier péché de vieillesse… » Le clavier de Domine Deus ponctue finement le chant du ténor Steve Davislim et c’est le chœur au complet qui entonne Cum Sancto Spiritu, puis Et Vitam Venturi avec ses accords à l’harmonium ventilés comme un melodica ; sans oublier la candeur instrumentale du Prélude religieux sur ce cd paru chez Harmonia Mundi et sous la direction de Marcus Creed… Rossini décédera quatre ans plus tard, il aimait la bonne chère et a donné son nom à une pièce de bœuf surmontée d’une tranche de foie gras, dont la mémoire est entretenue par Balavoine dans Vendeur de Larmes, où il déclare à propos des chanteurs de pacotille :  « Qui tournent le dos à Rossini, débutant comme des stars finies… »