Georges Brassens – Auprès de mon Arbre

Dès son premier disque, avec Le Gorille Brassens alliait humour et provocation pour évoquer la question encore non tranchée de la peine de mort en France… Quatre ans plus tard, dans son quatrième album Je me suis Fait Tout Petit (regroupé en partie sur le présent disque, second de l’intégrale parue en 1991), L’Amandier relate l’amourette de son propriétaire avec un écureuil en jupons, tandis qu’un peu plus loin Le Testament demande avec une gravité toute poétique : « Est-il encore debout, le chêne ou le sapin de mon cercueil ? » Voilà campé l’univers de Georges Brassens et sa guitare, capables de passer instantanément du frivole au grave, dans des chansons qui dépassent rarement 3 minutes… Il faut écouter Auprès de mon Arbre, où sans doute est rendu hommage à l’humble demeure de Jeanne Planche ; mais aussi revivre la passion juvénile de La Chasse aux Papillons, ou l’ode à l’amitié d’Au Bois de Mon Cœur. Quant à l’enterrement de Grand-Père, je me demande si la Maison Borniol lui aurait fait crédit…