Général Alcazar – Les Loges de la Lenteur

Publié en 2005 et intitulé Les Loges de la Lenteur, le sixième album du Général procède bien d’un certain ralentissement, dont on trouve une explication scientifico-lyrique en exergue d’un livret qu’il vaut mieux parcourir par temps calme… Ainsi, si les instruments habituels sont là avec en prime une mandoline, le tempo freiné nous invite à tendre l’oreille un peu plus loin, à lire les paroles d’un peu plus près : Orrore Malore est alors lyrique (avec Emma Simon), La Monnaie du Singe se paie de bons mots et L’Ego Égaré nous tend un miroir ; Les Géraniums se perdent dans un jardin secret tandis que L’Éloge de la Lente Heure ressuscite une ritournelle qui réchauffe… Et après avoir pris tout notre temps pour pénétrer cet univers aussi fécond qu’abscons, le seul risque que l’on encourt est d’en sortir un peu paumé, désorienté mais reconnaissant à l’excentrique de nous avoir montré l’intérieur de sa tête.