Général Alcazar – Le Rude et le Sensible

Le Rude et le Sensible paraît au Chant du Monde en 2002, deux ans après l’ensorcelant Des Sirènes et des Hommes. Sur ce cinquième album, le Général joue les contrastes en ajoutant un ukulélé à son bouzouki et Patrick Félices à la contrebasse, tout en conviant de nouveaux hôtes qui le font passer à l’heure electro : Jean-Christophe Sirven aux claviers et Thomas Cubaud aux rythmes. Le son s’en trouve étendu, spatialisé avec brio par L’Homme aux Oreilles d’Argent, où le Général tire son chapeau à ceux que l’on oublie généralement de citer… Elle Reste à la Maison est une allusion drolatique au morceau qui a fait connaître Louise Attaque en 1997, mais l’on retiendra surtout Ma Raison a Volé en Éclats et Retiens-moi M-L avec incrustations dadaïstes de L’Ursonate de Kurt Schwitters ; ou encore jazzy et teintée de série noire : La Caténaire… Décidément, à l’égal d’un Jacno cet homme vient d’ailleurs. « La sérénade habituelle ne nous convient plus… »