Gary Numan – The Pleasure Principle

Moins d’un an après Replicas, Gary Numan dissout Tubeway Army et signe son premier album solo ; conserve Paul Gardiner à la basse et s’adjoint l’alto de Chris Payne ainsi que la batterie de Cedric Sharpley… L’instrumentale Airplane ouvre The Pleasure Principle avec moins de guitare et plus de claviers, une boîte à rythmes ; un violon électrique (Complex) puis un piano ambient (Tracks)… Le dialogue futuriste de Conversation n’est pas sans rappeler Big Science sorti trois ans plus tard, les pochettes des deux albums ayant l’air de se répondre ; le tube Cars est convaincant même s’il n’a pas l’ampleur d’Autobahn dont il s’est inspiré, en définitive les morceaux se suivent et se ressemblent, bien calibrés synthpop et je leur préfère les surprises de Replicas, ce dernier me renvoyant à l’ineffable Reproduction paru la même année.