Franz Schubert – Trio pour Piano et Cordes n°2/Sonatensatz

Monstre sacré de la musique de chambre, le Trio pour Piano et Cordes n°2 a été écrit par Schubert à l’âge de 30 ans, alors qu’il se sait atteint de syphilis et un an avant sa mort prématurée. Où les instruments se livrent à un dialogue romanesque en quatre mouvements d’une musicalité universelle, le second étant le plus connu (Andante con moto) depuis qu’il a été immortalisé dans le Barry Lyndon de Kubrick en 1975, sa mélodie au piano incarnant l’idée du spleen avec la même évidence que chez Janacek… Un disque aux vastes nuances et qui donne l’impression de vivre dans un tableau, interprété par le Castle Trio en 1993 avec Lambert Orkis au clavier, Marilyn McDonald au violon et Kenneth Slowik au violoncelle ; paru chez Virgin et qui se termine avec la Sonatensatz composée par le jeune Franz à l’âge de 15 ans, dont les tonalités fringantes esquissent déjà l’empreinte que le Viennois allait laisser au-delà de sa brève existence, son catalogue posthume comptant un millier d’œuvres.