Eurythmics – We Too are One

Deux ans après le légèrement atypique Savage, Annie Lennox et Dave Stewart accouchent d’un album pop rock qui ne mange pas de pain, The King and Queen of America ou Don’t Ask me Why pouvant tout aussi bien s’écouter sous la douche que dans les embouteillages… Autrement abouties sont les ballades Angel et surtout l’intimiste Sylvia, mais c’est un peu court pour faire un album marquant, même s’il se conclut avec un slow très efficace dans son genre : When the Day goes Down qui condense en quelque sorte le savoir-faire d’un groupe à court d’idées après neuf ans de production intensive… L’année suivante, le duo se sépare et chacun entame une carrière solo ; ils vont se retrouver le temps de Peace, un album paru en 1999 mais je ne l’ai pas encore écouté.