Erik Truffaz – In Between

Onze ans après Bending New Corners et une dizaine d’autres albums (j’ai un temps possédé l’exotique Mantis), Truffaz est de retour avec In Between où Benoît Corboz est aux claviers tandis que Giuliani et Erbetta sont fidèles aux postes de bassiste et batteur. Nonchalant à l’orgue Hammond, le titre éponyme agit tel un « tranquillise-tout » comme dirait Isabelle Adjani, de même avec Les gens du voyage où le piano délicat soutient une trompette bohème… Invitée délicieuse, Sophie Hunger imprime sa sensualité farouche sur Let Me Go! et Dirge emprunté à Bob Dylan ; j’aime également les rythmes new wave de Mechanic Cosmetic mais le morceau phare s’intitule The Secret of the Dead Sea, démarrant à la façon d’un hymne digne d’Explosions in The Sky et dont les mouvements se déplient au gré du courant ; un bateau prenant le large et où « la lenteur prend tout son sens », précise Truffaz dans le livret à propos de ce disque tendre et bienveillant, opportun pour tout oublier.