David Axelrod – Requiem The Holocaust

Le livret nous apprend que David Axelrod a eu besoin de faire ce disque toutes affaires cessantes, après avoir entendu les propos du néo-nazi Tom Metzger à la télé, lors de son procès. Assisté d’Ernie Watts au saxophone et d’Oscar Brashear à la trompette, pour ne citer qu’eux parmi un orchestre très vaste, il a confié le chant à la soliste Yvonne Williams, qui incarne les pensées d’une victime de l’holocauste durant son dernier voyage, depuis sa déportation durant la nuit de cristal jusqu’à sa mort dans les chambres à gaz. Signé Don Menell, le dessin de couverture illustre sans ambages ce que l’on va entendre. Un chant qui ne peut pas en être un, des voix déshumanisées, énonçant les faits. Une expérience musicale contre l’oubli, crépusculaire et éprouvante.