Cocteau Twins – Victorialand

Un an et demi et trois extended play plus tard (qui contiennent de véritables perles), les Cocteau Twins reviennent avec un quatrième album surprenant par son dépouillement, le chant de Liz Fraser devenant plus que jamais un instrument à part entière. Enregistré sans le bassiste Simon Raymonde, Victorialand met à nouveau en scène le duo Fraser & Guthrie, mais cette fois sans filet car là où l’exercice avait trouvé ses limites sur Head over Heels, nous assistons ici à une approche fusionnelle des deux protagonistes ; où au lieu de faire semblant de jouer la basse, Guthrie excelle à cette guitare dont il connaît les effets par cœur. Quand on sait que le couple vivait alors réellement ensemble, on comprend encore mieux la tonalité intimiste de cet album écrin, où dans une succession de réverbérations enchanteresses, de Lazy Calm à The Thinner the Air, les Cocteau Twins font une nouvelle fois vaciller les frontières de la musique à planer. À rêver.