Cocteau Twins – Treasure

Paru un an après le mitigé Head Over Heels, le troisième album des Cocteau Twins voit le retour d’un vrai bassiste en la personne de Simon Raymonde. Treasure porte bien son nom, le frisson ressenti dès les premières mesures de Ivo ne saurait mentir, à retrouver la voix d’Elizabeth Fraser très épanouie, signant avec Lorelei, Beatrix ou Amelia une série de titres veloutés et mélancoliques ; en chœurs démultipliés envahis de cette glossolalie qui la caractérise, consistant à chanter dans un langage inconnu, assurément dérivé de l’anglais mais perdant toute logique de par le mélange imprévu des mots, quand ils ne sont pas tout bonnement inventés, glissés au milieu des phrases. Mais nous sommes bien dans de la musique, tout cela est harmonieux et renforce la sensation de pénétrer un univers singulier, étranger mais qui nous tend les bras… Un album où la basse a retrouvé sa présence, tandis que l’ajout d’un synthé discret sur Otterley ou Donimo ajoute à cette ambiance éthérée qui n’appartient qu’aux Cocteau Twins, inquiétante et jouissive à la fois.