Cocteau Twins – Head over Heels

Moins d’un an après avoir déroulé la plus troublante guirlande des années 80, les Écossais gothiques sont de retour avec Head over Heels, second album qui voit le départ de Will Heggie et réduit le trio à un duo, Fraser restant au chant tandis que Guthrie assure à la guitare et à la basse. À noter aussi la production de deux extended play, Lullabies et Peppermint Pig (sublimes et dont nous reparlerons) ; quant à ce second album, j’avoue que son intérêt m’a toujours échappé : Liz semble retenir son élan derrière des paroles intelligibles, Guthrie a mis son flanger au minimum et nous décoche de gentils accords acoustiques, pour ne rien dire de la basse en service minimum… À l’exception de When Mama was Moth, et peut-être Sugar Hiccup avec un coup dans le nez, je ne trouve aucun titre digne des Cocteau Twins sur ce second album. Pour autant je l’ai conservé car dans l’absolu il est loin d’être mauvais, aussi en attendant leur troisième opus je parcours le livret de textures abstraites signé du collectif 23 Envelope, qui avait déjà cartonné avec la photo d’un homme flou en couverture de Garlands.