Clan of Xymox – Medusa

C’est avec cet album que j’ai découvert Clan of Xymox, à peu près en même temps que les Cocteau Twins qui étaient de trois ans leurs aînés chez 4AD. Medusa est un écrin qui fera date dans la carrière des COX, stimulés peut-être par la liberté dont ils ont bénéficié au sein du plus gothique des labels eighties, composé de 13 chansons qui sont autant de flèches noires décochées le long d’une épopée où l’on perd ses repères. La main baladeuse des claviers de Theme I immerge en terrain meuble, Medusa soupèse le chaos que vont déchirer les voix de Michelle et Theme II, les pas de Back Door ne sont pas là pour nous réchauffer ; quant à la Masquerade d’Anka Wolbert, elle nous égare dans une forêt qui n’a rien à envier à celle des Cure… Renonçant aux flatteries de leur premier opus, comme un insecte se libère d’une vieille carapace, Medusa aura ouvert une brèche restée unique dans l’histoire de la cold wave. Trois ans plus tard, ils se rebaptisent Xymox et le clan perd son âme, s’apprêtant à conquérir le marché américain avec Twist of Shadows, un album passe-partout d’une grande inutilité.