Christophe – Olympia 2002

Christophe, de son vrai nom Daniel Bevilacqua, est un chanteur français né en 1945. Il connaît un succès (fou) dès l’âge de 20 ans avec son second 45 tours Aline, avant de poursuivre une carrière en dents de scie, émaillée de brillantes incursions comme Les Paradis Perdus ou Les Mots Bleus, coécrites en 1973-74 avec un Jean-Michel Jarre alors parolier, jusqu’aux albums Bevilacqua en 1996 ou Comm’si la terre penchait en 2001… L’année suivante et après vingt ans d’absence sur scène, Christophe donne une série de concerts à l’Olympia, marqués par une scénographie remarquable lui permettant de magnifier son image lyrique et rebelle. Le ton est donné dès la première minute avec Elle Dit, Elle Dit, Elle Dit où l’on tend l’oreille derrière un accordéon, entraînés dans l’amour indicible de La Petite Fille du Troisième ou des Mots Bleus, des Paradis Perdus où le piano soutient la gravité du « Dandy un peu maudit. » Des Marionnettes à Señorita, ce concert a bénéficié d’une prise de son exceptionnelle, où l’intime se décompose sans feinte. Un album qui en a sous le capot, à écouter sans regarder dans le rétro.