Charlélie Couture – Les Naïves

Le douzième album de Charlélie paraît en 1994. S’éloignant de sa couleur rock habituelle, Les Naïves forment une suite de 18 plages longues et courtes, avec des interludes champêtres comme Balançoire, Berceuse ou encore Sous le Saule-Music qui ouvre le disque entre guitares douces et sifflotements. Un patchwork fait de hauts et de bas, j’avoue avoir un peu de mal avec Le Jardinier Dort et Angélique Bigoudis ; par contre je frémis toujours d’impatience lorsque se rapproche le Rap non Conventionné, la Chanson de la Petite Rivière ou Jacobi Marchait… Avec la participation de son frère Tom Novembre, aux chœurs sur plusieurs titres, Charlélie ose plus que jamais le mélange des styles et des sujets, loin des sentiers battus. Le livret est attachant, qui contient des dessins signés du chanteur et de sa fille Shaan, alors âgée de 5 ans. Elle signe aussi la dernière piste du disque, une adorable comptine a cappella Lalala le Progrès. Et comme toujours chez Charlélie, des paroles qui valent d’être lues.