Imagineoir 80

Je te connais par cœur
Tu me pompes l’air nuit et jour
Et ça fait 300 000 heures que ça dure*
J’use et j’abuse de toi mais
Remettons-ça encore une fois
Et de tout j’aurai fait le tour
Nos tempi se sont accordés très tôt
Laissons les sourds à leurs pianos
Et de nos notes étonnons au mieux
Tu es mon plus fidèle inspirateur
Tes maux sont les miens
Et mes livres sont à toi.

* texte écrit à 34 ans.

Imagineoir 78

– Quand j’étais petit, je disais : « Ah, que j’aime à faire connaître ce nombre utile aux sages. »
– 2,31415926535 ? C’est idiot !
– Oui, mais au moins la virgule était bien placée.

Imagineoir 75

Le roman se moque de la réalité. La réalité est le produit d’un consen­sus, une façon passive de percevoir le monde.