Imagineoir 49

Ce dessin n’a été dicté par
aucune nécessité sinon celle d’exister,
d’être ajouté à la famille et c’est bien
suffisant pour le rendre abordable.
Il montre un homme écartant les
bras en souriant, le corps
brisé de traits.

Imagineoir 43

Pour briller tu peux
Rénover
Éternellement la même vie,
Simple comme bonjour
Enfin presque, au moment
Nu il faudra
Taire toute antériorité

Imagineoir 41

– Répète après moi que rien ne change jamais…
– Que dois-je répéter après toi que rien ne change jamais ?
– La même chose.